Chassenon : passage vouté des thermes gallo-romains

Commune : Chassenon
Date de la prise de vue : 13 mai 2011
Photographe : Stéphane Charbeau
Latitude : 45.8484612
Longitude : 0.7708320

On accède aux salles de chauffe par ce couloir voûté. Dans ce couloir, la circulation s’effectue sous les dalles de couverture du grand collecteur central. Construits à partir du Ier siècle ap. J.-C., les thermes fonctionnent jusqu’à la fin du IIIe siècle.
Détruits par un incendie, ils sont ensuite réoccupés sous forme d’habitat puis progressivement abandonnés.
Grâce à leur état de conservation, les thermes nous donnent un formidable aperçu de ce que pouvait être l’architecture romaine antique. Classés aux Monuments historiques depuis 1959,  ils sont parmi les édifices thermaux antiques les mieux conservés de la Gaule.
L’édifice thermal que l’on visite actuellement représente les quatre cinquièmes de l’ensemble du bâtiment. Certains murs atteignent encore sept mètres de hauteur, ils permettent de comprendre l’organisation des trois différents niveaux.
Le niveau inférieur est celui des égouts souterrains (central et oriental).
Le rez-de-chaussée, le niveau de service, est accessible de plain-pied pour le personnel d’entretien depuis la cour nord. Celui-ci assure le fonctionnement des fours et l’entretien de l’édifice.
À l’étage, curistes et baigneurs utilisent le niveau de circulation publique. Du personnel de service veille à leur bien-être. L’état de conservation des vestiges permet d’interpréter la fonction des salles. Leur implantation est définie selon le circuit type emprunté par le public qui repose sur le principe du choc thermique. Les baigneurs procèdent dans un premier temps à l’échauffement du corps par l’exercice physique ou directement par le passage dans les salles de plus en plus chaudes (tepidarium, sudatio et caldarium), suivi d’une immersion dans un bain froid du frigidarium, ou de la natatio extérieure. Le doublement des salles et des espaces a conduit les archéologues à proposer l’hypothèse d’un double circuit : classique et thérapeutique.
Lieu de sociabilité, de détente, d’hygiène mais aussi parfois de guérison, les thermes sont dans la Gaule du Haut-Empire parmi les édifices les plus remarquables et les plus remarqués de ce qu’il est convenu d’appeler la civilisation romaine.

Sources

En savoir plus

Laisser un commentaire